Balade à Ferrette, Haut-Rhin

Quel est le point commun entre les Grimaldi de Monaco, le cardinal Mazarin et Ferrette ? Un mariage ! Du haut des vestiges de l’ancien château, le panorama se déroule sur les quatre points cardinaux. Lieu de randonnée pour les sportifs ou halte culinaire dans un joli cadre, Ferrette est une étape incontournable du Haut-Rhin.



Pour avoir le plaisir de découvrir le village à pied, il faut se garer sur le parking situé sur l’axe principal traversant Ferrette, en contrebas de l’église. Le chemin est court, mais la pente est raide rue du Château. Mieux vaut prévoir de bonnes chaussures de marche.

Pour raccourcir l’itinéraire et la montée, il est possible, sous réserve de trouver une place pour son véhicule, de partir de la Place des Comtes.

À gauche après l’église, dans la montée, un calvaire original est surmonté d’un toit de zinc. Le chemin est parfaitement balisé. Jusque-là, c’est tout droit.


On atteint assez vite le coeur du village où la mairie est encadrée de façades colorées dont certaines attestent d’anciennes activités artisanales.


Le château se dessine en hauteur derrière un rideau d’arbres.


Prise par le temps, j’opte pour un raccourci à ma gauche, en face de la mairie.

Une énorme roue médiévale (et un tout petit panneau) permettent de repérer ce chemin.


Court et bien tracé, ce sentier parfois un peu glissant exige équilibre et vigilance.

Il permet toutefois de gagner du temps.


Ayant ainsi rattrapé le chemin principal, me voici à l’entrée du château.

Les pierres pointues au sol exigent de surveiller ses pas.


Sur le site d’une ancienne tour d’observation romaine, le lieu est investi par Frédéric 1er de Ferrette, fils du comte Thierry 1er de Montbéliard. Il occupe le château construit dès le XIe siècle.

Jusqu’à sa destruction à la Révolution française en 1789, il passe de mains en mains, au gré des péripéties de l’Histoire.

Ruiné, il est acheté au XIXe siècle par la famille Zuber, célèbres fabricants de papiers peints à Rixheim.

Classé aux Monuments Historiques en 1930 et entretenu par la ville de Ferrette, le Département du Haut-Rhin et les Bâtiments de France, il est, depuis 2011, une propriété privée.


Des tables de pique-nique accueillent les promeneurs dans un cadre ombragé idéal.


La promenade se poursuit au-delà, à travers les anciens niveaux du château.


Passées quelques solides murailles, on atteint le donjon aménagé pour profiter de la vue.

L’horizon s’ouvre d’un côté sur les Vosges, de l’autre sur la Forêt Noire. Le regard porte loin.


Les volumes des pièces ainsi que les vestiges des aménagements témoignent de la puissance des anciens maîtres des lieux. Plusieurs panneaux français -anglais – allemand expliquent ce qu’ils étaient autrefois.

Il est possible de poursuivre la promenade au-delà vers la Grotte des Nains.


Éblouie par la beauté du paysage, j’entame ma descente, admirant les magnifiques arbres élancés vers le ciel, le soleil filtrant entre les branchages.


J’emprunte cette fois le chemin principal conduisant à une sorte de porte cochère.


De jolies maisons , transformées en gîtes pour certaines, agrémentent le parcours.

Voici le panneau que l’on aperçoit quand on monte par le chemin principal

J’arrive à la Place des Comtes où le frémissement de la fontaine et des bancs invitent à s’attarder un petit moment, le temps de lever les yeux une dernière fois vers le château.


Il ne me reste plus qu’à redescendre la rue du Château pour rejoindre mon véhicule.

error: Contenu protégé.