Duntzenheim, consistoire protestant du Pays de Hanau-Lichtenberg, Bas-Rhin



Au coeur du protestantisme alsacien

Les réformés du Pays de Hanau-Lichtenberg

En 1542 Philippe IV, comte de Hanau-Lichtenberg, impose la Réforme à l’ensemble de son comté, dont le bailliage de Bouxwiller. Duntzenheim, qui en dépend, adopte le culte luthérien. Le Pays de Hanau-Lichtenberg occupe une place centrale du Protestantisme en Alsace, appuyée par ses positions outre-Rhin : les Lichtenberg possèdent les bailliages de Lemberg, Lichtenau et Wilstätt. Après la Guerre de Trente Ans, une partie de l’Alsace devient française dès 1648. Un consistoire prend le relais de la gestion des affaires religieuses protestantes.

Entre 1684 et 1688, le roi catholique français Louis XIV impose le simultaneum partout où sept familles catholiques sont installées. Pour le Pays de Hanau-Lichtenberg, cela concerne Ingwiller, Pfaffenhoffen, Niedermodern, Kirrwiller, Weinbourg, Menchhoffen, Imbsheim, Dossenheim-sur-Zinsel et Reipertswiller, mais pas Duntzenheim. D’autres églises sont entièrement converties : Offendorff, Drusenheim, Herrlisheim, Rohrwiller et Reinhardsmunster.

Dès la Réforme, la majorité des pasteurs viennent de l’Allemagne protestante jusqu’en 1727, quand Louis XV impose leur recrutement en Alsace.

Au fond de la nef, des fresques commémorent les noms des pasteurs
L’escalier conduisant au cimetière et à l’église depuis la Place de l’Église

L’église protestante

Au cœur du Kochersberg, l’église entourée d’un cimetière se dresse sur un monticule dont la pente fragilise l’édifice. Les parties basses du clocher, 1680, sont les plus anciennes conservées. En 1883, sa nef est remplacée. Actuellement, ce bâtiment présente une sévère fissure lézardant un des murs latéraux du sol au plafond, victime des mouvements du sol.

À l’intérieur, des vitraux, copies d’une oeuvre de Dürer présentent les apôtres autour de la Bible et le blason des Hanau-Lichtenberg. Derrière l’autel, deux oeuvres de Christophe Wehrung évoquent les sacrements de la cène et du baptême.


Le cimetière

Décryptage des symboles funéraires

Dignes d’un film hollywoodien, les monuments funéraires du cimetière remontent, pour les plus anciens, à la fin du XVIIIe siècle. Les plus récents sont de la première moitié du XXe siècle.


Voici quelques motifs visibles et leurs significations.


L’a feuille d’acanthe est un motif ornemental prisé des architectes et des sculpteurs depuis l’Antiquité. Vigoureuse, dotée d’épines, elle est parfois associée aux pattes d’ours. Elle symbolise le dépassement des épreuves de la vie.
La rose suggère l’amour, la beauté, la fragilité. La marguerite évoque la pureté, l’innocence, la fidélité, l’affection et l’amour loyal. Le mouron signifie l’attente.
Depuis l’Antiquité, le chêne est associé à la force, la durée, la sérénité et la sécurité. Sous ses branches on rend justice. L’ancre représente l’espérance, les feuilles de chêne, le renouveau.


L’étoile à 5 ou 6 branches est l’astre lumineux dans la nuit de la mort, guidant l’âme vers les cieux.
Ces deux mains relient deux êtres qui s’aiment, d’amour filial ou marital. Elles évoquent aussi la fraternité, la solidarité et l’entraide.

La tige cassée du lis représente la mort d’un nouveau-né ou d’un enfant.

Dès le Moyen-Âge, la coccinelle est associée à la Vierge Marie, à l’innocence et à la pureté. La Bête à bon Dieu aide l’âme à rejoindre le Paradis.

Des tombes remarquables

Dans cet ensemble, deux tombes se singularisent, évoquant des épisodes marquants de l’Histoire.

Adam Stilgenbauer

Adam Stilgenbauer naît le 26 octobre 1850 dans le Palatinat. Cette région, dont les capitales sont successivement Heidelberg puis Mannheim, est dissoute pendant la Révolution. Coupée en deux, elle devient d’une part, le département français du Mont-Tonnerre dit aussi du Donnersberg disparu après 1816 et, d’autre part, elle se confond en 1806 avec le Grand-duché de Bade. Après 1815, le territoire allemand du Palatinat entre dans le royaume de Bavière et devient Palatinat Rhénan. Sans acte de naissance, il est difficile d’en savoir davantage sur les origines d’Adam Stilgenbauer.

Le « Fort Großherzog von Baden », construit entre 1872 et 1875, est baptisé le 1er septembre 1873 en l’honneur du Grand-Duc de Bade Frédéric Ier, gendre du roi de Prusse et empereur allemand, Guillaume Ier. Il appartient à un ensemble de fortifications allemandes autour de Strasbourg, élevées par l’armée impériale allemande en Alsace et dans le pays de Bade, selon les plans de l’ingénieur militaire et général d’infanterie prussien Hans Alexis von Biehler. Chaque fort est distant d’une portée de canon. Les tirs des canons du Fort Großherzog von Baden pouvaient croiser ceux du fort Kléber. Le fort fait date puisqu’il devient le premier de ce type construit et l’un des mieux préservés. Le Fort change de nom deux fois : il devient « Fort du Maréchal Pétain » en 1919 puis « Fort Frère » après la seconde Guerre Mondiale. Restauré depuis 2000 par une association de bénévoles, on peut le visiter.

Compte-tenu de son âge au moment de la construction du fort, on peut imaginer qu’Adam Stilgenbauer y est envoyé en garnison dès ses premières années de service, de 3 ans minimum à 7 ans maximum. On peut aussi imaginer qu’il s’est engagé ou qu’il a pris du galon puisqu’il s’éteint à 38 ans au Fort Großherzog von Baden le 7 mars 1888 à Oberhausbergen.


Valentin Roth

Tombé au champs d’honneur à Châlon sur Marne le 9 septembre 1914 à 22 ans sur le sol français, vraisemblablement dans l’uniforme allemand, Valentin Roth né en 1892 dans l’Empire Prusse, est un exemple alsacien type du choc des cultures franco-allemandes.

Lors de la signature du Traité de Francfort à la fin de la Guerre de 1870-1871, les députés d’Alsace et de Lorraine opposés à la cession des deux régions au nouvel Empire prussien, finissent par en abandonner les habitants : eux-mêmes choisissent de rester en France. Quant aux députés français, ils signent librement et démocratiquement la cession de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine.

En 1914, les quelques 380 000 Alsaciens et une partie des Lorrains qui vont faire la guerre dans l’uniforme « Feldgrauen » sont Allemands depuis plus de quarante ans. La question de l’identité nationale ne se pose pas : on estime les déserteurs entre 1 000 et 2 000 personnes. Contrairement à la Seconde Guerre Mondiale, seule une partie du contingent alsacien est envoyée sur le front russe. Valentin est de ceux partis en France.

La bataille de la Marne a lieu entre les 5 et 12 septembre 1914. Elle oppose, les troupes franco-britanniques aux Allemands, dont les Alsaciens, qui y sont stoppés puis repoussés. Le 9 septembre, funeste à Valentin Roth, les troupes allemandes reçoivent l’ordre de se replier pour éviter d’être débordées. Il pleut à verse, les conditions sont terribles. Mais ce n’est que le commencement de la guerre de position.

À elle seule, la bataille de la Marne coûte la vie à 21 000 soldats français et en blesse 122 000. Il y a 84 000 disparus. Les Britanniques comptent 3 000 morts, 30 000 blessés et 4 000 disparus. Les Allemands dénombrent, 43 000 morts, 173 000 blessés et 40 000 disparus, parmi lesquels des Alsaciens. Au total, le bilan humain de la Première Guerre Mondiale est de 10 millions de soldats et 9 millions de civils.

À côté du monument de Duntzenheim sobrement intitulé « À nos morts », dans la liste des noms de ceux tombés pendant la Première Guerre Mondiale, figure celui de Valentin Roth.

Quand le 11 Novembre 1995 Jacques Chirac remet d’office la Légion d’honneur à tous les anciens combattants Français de 1914-1918 encore en vie, les Alsaciens et les Mosellans en sont exclus. Pour certains, la douleur de ce qu’ils considèrent comme un abandon est encore vive aujourd’hui.

Le sablier évoque le temps écoulé de la naissance à la mort. Les ailes de colombe élèvent le sablier vers le maître du temps, Dieu. Réversible le sablier suggère également la résurrection.

Pour aller plus loin

  • Protestants d’Alsace et de Moselle. Lieux de mémoire et de vie. Ed Oberlin/SAEP
  • Urkundliche Geschichte der Grafschaft Hanau-Lichtenberg, Johann Georg LEHMANN , Mannheim, 1862-1863.
  • Beiträge zur Geschichte der ehemaligen Grafschaft Hanau-Lichtenberg und ihrer Residenz-Stadt Buchsweiler, Charles KLEIN, Strasbourg, 1912-1914  ; E. A. VI, 1984, 3708-3713.
  • Evangelische Kirchengeschichte der Elsaessischen Territorien bis zur franzosichen Revolution. Johan ADAM, Strasbourg 1928.
  • Das Territorium der Herren von Lichtenberg, 1202-1480, Fritz EYER, Strasbourg, 1938.
  • Die Grafen von Hanau-Lichtenberg, Geschichte und Geschichten, Hanau alt’s-in Ehren b’halts, MOHRHARDT, Babenhausen, 1984.
  • Hanau de, NDBA, Alfred MATT,fasc. 15, 1989, p. 1400-1403.
  • Lichtenberg, NDBA, Jean-Michel RUDRAUF ,fasc. 24, 1994, p. 2347-2357.
  • Lichtenberger Urkunden. Regesten zu den Urkunden beständen und Kopiaren des Archivs der Grafen von Hanau-Lichtenberg, Friedrich BATTENBERG,1995.
  • Les Juifs du comté de Hanau-Lichtenberg entre le XIVe siècle et la fin de l’Ancien Régime, André-Marc HAARSCHER,Strasbourg, Société Savante d’Alsace, 1997.
  • Hesse-Darmstadt , Bernard VOGLER, NDBA, fasc. 45, 2006, p. 4680-4682.

Par Raphäel GEORGES

error: Contenu protégé.