Source Saint Ulrich – Wittersheim – Bas-Rhin

Wittersheim est petit village situé au nord de Strasbourg, à mi-chemin entre Brumath et Pfaffenhoffen. Il s’y trouve un lavoir de légende à découvrir en quelques pas.

On y accède par la D 139, à la sortie de Wittersheim, en direction de Minversheim.

Il est possible de laisser son véhicule tout à côté, sur le parking jouxtant la route, sur le côté droit en allant vers Minversheim.

Pour marcher un peu en profitant du paysage, on gare sa voiture sur le parking du cimetière puis on chemine tout droit vers la source, entre champs et route goudronnée. On arrive ainsi au Sentier des merisiers, délicieux petit passage poétique.

L’essentiel du chemin est à l’ombre. Ce lieu a été récemment aménagé en but de promenade. Il est intégré à des circuits de randonnées.

Bien que la marche jusqu’à la source soit brève, la nature mérite de s’attarder pour profiter de toutes ses beautés. On peut observer en silence de nombreux insectes ainsi que de petits animaux.

Mouches volucelles

Il y a dit-on, pour les personnes sensibles, trois lieux d’énergie sur ce chemin.

L’approche de la source est signalée par d’autres panneaux. Ils surmontent une grosse souche décorée de succulentes (plantes grasses). Aucun risque de se perdre néanmoins.

La table de pique-nique située peu après pâtit trop souvent de l’incivilité de certains squatteurs qui laissent leurs détritus derrière eux.

On suit le sentier ondulant jusqu’au pont à l’ombre de cépées de noisetiers.

L’eau apparaît, coulant dans de petits ruisseaux quasi secs l’été. En hiver la source jaillit avec un débit de 100 litres par minute.

Un banc invite les visiteurs à s’asseoir pour se ressourcer.

La source Saint Ulrich est située sur le parcours du Duerrbachgraben, ruisseau coulant entre Berstheim et Wittersheim. Son eau fraîche – 6°C à 9°C constants toute l’année – attire les promeneurs par les grosses chaleurs. S’il arrive que le débit se réduise, la source ne s’est jamais tarie.

Elle serait potable. Des personnes viennent y remplir des bouteilles d’eau douce.

La source était autrefois réputée soigner les maladies de peau, les maladies contagieuses et la scrofule – aussi appelée écrouelles -. L’hygiène corporelle devait effectivement aider à limiter la propagation des bactéries et autres miasmes…

Elle aurait été captée pour la première fois au XIXe siècle dans le bassin en grès ci-dessous. Il faut jusqu’alors chercher l’eau aux fontaines et se déplacer aux lavoirs pour laver son linge. Wittersheim est relié à l’eau courante dans les années 1960.

Trois bassins en enfilade servent de lavoir aux catholiques. Deux aux juifs. En 1656, des survivants juifs fuient la Pologne après l’attaque de celle-ci par les Suédois. La municipalité de Haguenau en accueille sans exiger de droit de séjour. Plusieurs familles juives s’installent dans les environs – une trentaine à Wittersheim en 1784 -.

Jean-Louis Steinmetz vient chaque jour nettoyer et entretenir les lieux. Président de l’association des Amis de la source Saint Ulrich, il oeuvre depuis les années 1970 pour valoriser ce patrimoine.

Un nouveau bassin aménagé permet aux marcheurs aux pieds échauffés par une longue marche de se rafraîchir dans l’eau courante.



La source coule entre les territoires de Huttendorff et Wittersheim. Les communes se livrent une longue et vaine bataille juridique pour sa possession.
Mais un 4 juillet, jour de la saint Ulrich, l’eau modifie son cours, désormais sur le territoire de Wittersheim. En remerciement, la commune la nomme Saint Ulrich.

Quand tout s’apaise, un observateur attentif et délicat aura le bonheur de découvrir quelques jolis habitants.

error: Contenu protégé.