Restauration d’un ancien complexe vinicole – SAS Imodis – Saessolsheim – Bas- Rhin

Ils sont dix, jeunes et beaux, mais surtout compétents. Ils se sont lancés dans un projet ambitieux : restaurer et transformer une ancienne maison à colombages et toutes ses dépendances. Objectif : ouvrir les portes, au printemps 2023, d’un nouveau lieu événementiel inscrit dans le patrimoine architectural alsacien. Félix, le président de SAS Imodis répond à mes questions.

Lors des journées du patrimoine 2020, plus de 700 personnes convergent sur un chantier : SAS Imodis à Saessolsheim. Ici une grue, là des tracteurs, plus loin, posé contre la façade de la maison d’habitation, un élément de charpente.

Un parcours fléché informe des époques de construction et d’occupation de l’ensemble. Des panneaux indiquent les étapes du chantier et modélisent son devenir. On visite le corps de logis. L’organisation est parfaite, à l’image de la coordination de ce chantier.

En 2019, Antoine repère cet ancien complexe vinicole sur le Bon Coin. Il fait suivre l’annonce à Félix qui se rend sur place. « Tout de suite, c’est une évidence » se souvient-il. « La qualité de l’ouvrage a été déterminante dans notre choix. » Vide depuis longtemps, ce lieu est inscrit dans les mémoires de tous les anciens villageois, dont le maire actuel.

Amis de longue date, la future équipe se rencontre rapidement après, autour d’un apéritif, à l’initiative de Félix. Grâce à la force de leur longue amitié et à la confiance qui les unit, Félix parvient à les convaincre tous de se lancer dans cette aventure.

Les dix amis commencent par créer une société, SAS Imodis dont le siège social est à Berstett. Ils mettent en commun leurs compétences, leurs moyens financiers et surtout, leur temps. Comment disposer de fonds en étant si jeunes ? Tous employés la semaine, ils travaillent pour SAS Imodis les soirs et week-ends. Ils bénéficient du soutien inconditionnel de leurs familles et de leurs proches, une condition essentielle à la réussite d’un projet de cette envergure. Le maire de Saessolsheim est, lui aussi, un soutien de la première heure.

Un autre facteur de succès, compte tenu de l’engagement nécessaire à ce projet, est la proximité géographique de chacun avec le lieu. Une organisation minutieuse et efficace leur permet d’organiser des plannings hebdomadaires afin de tenir leur calendrier. « L’achat a eu lieu en 2019. Depuis nous avons démonté le bâtiment agricole et effectué des travaux de curage. » dit Félix.

Propriétaires du parc machines, après l’achat du complexe en fonds propres et au terme de tous les travaux qu’ils réalisent eux-mêmes, l’équipe passera par des dossiers de subvention. Le budget est très élevé mais ils sont accompagnés depuis le début par un expert-comptable. Félix est lucide : « Il y a une part de folie, c’est certain, mais nous sommes tous passionnés par les projets, celui-là en particulier. C’est une évidence qu’on va y arriver, on est convaincu, on est débordant d’énergie. On est dans notre cœur de métier. »

À terme, la marque SAS Imodis sera porteuse d’événements privés, expositions, événements à thèmes etc… pour lesquels les différents corps de bâtiments offriront des espaces adaptés.

« Le plus délicat est de faire la part des choses entre l’amitié et le professionnel », dit Félix. « Mais on veut tous se prouver qu’on est capable. Alors on se réajuste constamment en interne. »

Quelques voix se sont élevées contre le projet, inquiètes pour le patrimoine. Félix rassure : « Nous avons le soutien oral de l’Association de Sauvegarde des Maisons Alsaciennes – l’ASMA -. Nous allons restaurer au maximum le complexe en recyclant ses matériaux. »

Dans le logis, SAS Imodis souhaite proposer une reconstitution exacte de l’ancien. Félix explique : « D’abord, il s’agit de restaurer à l’identique les parties du XVIIIe siècle. – Les pièces du rez-de-chaussée en particulier ndla-. Puis il y aura des parties dynamiques avec des thématiques évolutives, autour des techniques de constructions et des traditions populaires. Peut-être accueillerons-nous du public et des scolaires. » Comme le projet compte des aménagements contemporains, il n’y a pas de demande de classement au Patrimoine.

« Nous sommes attachés au patrimoine ancien » dit Félix qui, avec Thomas, a déjà à son actif la restauration d’une ancienne forge à Gingsheim. La porte d’entrée de la maison étagée sur quatre niveaux date de 1753, l’étable est de 1787, le poêle en fonte de 1818 et la grange de 1841. La grotte mariale à l’entrée du complexe fera, elle aussi, l’objet d’une restauration.

Concernant les questions sensibles du stationnement et du bruit, Félix explique : « SAS Imodis a prévu un parking couvrant à 80% les besoins du lieu. La jauge de stationnement est arbitrée par le maire. Elle n’est pas règlementée en fonction de la jauge des bâtiments. Concernant les nuisances sonores, les ouvrages bénéficient de traitements acoustiques. Pendant l’accueil du public, les événements les plus bruyants seront localisés dans la cave au sous-sol. De plus, un mur périphérique en pierres de taille sera élevé pour couvrir à 80% le bruit aérien ». Il ajoute : « L’équipe de SAS Imodis est ouverte au dialogue avec les riverains ».

Rendez-vous est pris pour suivre le chantier jusqu’à son terme.

Pour aller plus loin

Page Facebook SAS Imodis

error: Contenu protégé.